Veuillez orienter votre appareil en mode portrait

Veuillez orienter votre appareil en mode portrait

STDM + Tracol ont gagné le concours "Jong Mëtt"

STDM et Tracol Immobilier ont remporté le premier prix du concours "Jong Mëtt" à Junglinster.

 

Jong mëtt, un cœur urbain pour Junglinster !

INTRODUCTION :

Le développement du nouveau cœur de Junglinster destiné avant tout aux « jeunes familles » d’aujourd’hui passe aussi par l’attractivité d’une mixité de population : mixité d’âges, mixité de revenus, mixité sociale, mixité de constellations familiales.

Une « jeune famille » aujourd’hui peut se comprendre de beaucoup de manières différentes : un jeune couple avec jeune(s) enfant(s), une famille monoparentale avec un ou plusieurs enfants, une famille recomposée avec des parents et enfants de tous âges, un couple âgé recomposé sans enfant à domicile…

Quel que soit cette « jeune famille » d’aujourd’hui, elle traversera différentes périodes dans son histoire. Les enfants grandiront, partiront pour un temps, reviendront moins souvent mais peut-être plus nombreux ou pour plus de temps. Les adultes de leur côté, avec le temps, souhaiteront plus de confort et moins de contraintes.

Dans tous les cas le quartier Jong Mëtt devra rester le leur pour longtemps et leur apporter la qualité de vie attendue à chaque instant.

L’objectif premier du projet étant de permettre l’accession aux nouveaux « logements compacts » à de jeunes familles sans oublier qu’ils devront devenir le support aux développements multiples et variés de ces familles dans le temps. En ce sens, les modèles de logements doivent offrir des possibilités decombinaisons et d’évolutions multiples.

Du point de vue urbain, le site du concours (lot 1.2) est un des maillons de ce nouveau centre qui s’étire entre Laangwiss et le centre historique. Il est donc essentiel que les aménagements et l’architecture s’inscrivent dans une continuité de principes traversant l’ensemble du développement le long de cette partie de la vallée de l’Ernz Noire :

-  Le front bâti sur la rue de la Gare, avec les immeubles mixtes de commerces et logements collectifs, aux gabarits plus élevés, rythmant le parcours et répondant au vis-à-vis existant.

-  La promenade le long de la zone renaturée de l’Ernz Noire, accompagnée de constructions basses et aérées profitant de cet axe de mobilité douce qui relie les différents quartiers de Junglinster.

-  Les passages publics transversaux connectant la rue et la promenade sous forme d’espaces partagés améliorant les connexions douces locales.

-  Le réseau de chemins intérieur aux îlots, pour irriguer les jardins collectifs et permettre les courts circuits utiles au bon voisinage.

 

PROGRAMMATION / VOLUMETRIES :

Nous avons opté pour une mixité maximale du type de logements afin de permettre à une population très variée de cohabiter en harmonie au fil du temps dans cette partie du Nouveau Cœur de Junlinster.

LES APPARTEMENTS :

Le programme comporte 3 immeubles à appartements.

Deux immeubles de logements collectifs en R+3 sont situés le long de la rue de la Gare tel que prévu au PAP.

Le premier immeuble en venant du centre (1.2f) peut accueillir deux surfaces commerciales au rez de chaussée.

Il comporte deux cages d’escaliers avec ascenseur desservant au total 4 appartements 1 chambre et 4 appartements 2 chambres répartis sur le 1er et le 2ème étage, ainsi qu’un grand appartement en penthouse au 3ème étage partiel, qui profite ici d’une grande terrasse avec un beau dégagement vers le sud.

Le deuxième immeuble sur la rue de la Gare (1.2c) peut également accueillir au rez de chaussée 2 surfaces commerciales ou à destination de professions libérales. Il comporte une cage d’escaliers avec ascenseur desservant au total 3 appartements 1 chambre et 3 appartements 3 chambres répartis sur les 3 étages.

Un troisième immeuble de logements collectifs, avec un gabarit plus bas, se situe sur la promenade (1.2d). Il comporte une cage d’escalier avec ascenseur desservant un appartement 3 chambres et un appartement 2 chambres au rez, deux appartements 2 chambres au 1er et un grand penthouse 3 chambres au 2ème étage partiel, avec grande terrasse et dégagement vers le sud.

LES MAISONS :

Les maisons sont réparties en trois groupes de quatre unités.

Dans chaque groupe, la maison d’extrémité au sud ou à l’ouest, avec 3 façades, profite d’une superficie plus grande, afin de mieux tirer parti des possibilités de prises de lumière naturelle et d’ouvertures supplémentaires.

Quant aux maisons d’extrémité à l’est ou au nord des groupes 1.2b et 1.2e, elles sont limitées à deux niveaux afin de favoriser les dégagements par rapport aux appartements situés à proximité. Il en va de même pour tout le groupe 1.2a, dont les gabarits à deux niveaux permettent de préserver l’ensoleillement dans les jardins communs.

Les autres maisons des groupes 1.2b et 1.2e, comportent un troisième niveau avec accès sur terrasse vers le sud.

Chacune de ces 12 maisons possède son propre sous-sol privatif avec accès et emplacements individuels.

LES CIRCULATIONS :

Les accès aux différentes parties du projet doivent être clairs dans l’objectif de gérer les flux de personnes et optimiser le fonctionnement du site. Tant les habitants que les visiteurs doivent être guidés simplement vers leur destination. Cela commence par la lecture simple de l’architecture des bâtiments pour identifier directement sa destination. Les entrées sont marquées et les niveaux de privacité lisibles.

Le sous-sol offre un nombre confortable d’emplacements de parking visiteurs, concentrant ainsi les circulations motorisées dans cet espace pour l’ensemble du site. Ces emplacements visiteurs sont répartis de manière homogène dans le sous-sol. L’accès au parking souterrain par un système de parlophone relié à chaque logement facilite définitivement les flux de visiteurs.

Les entrées des maisons individuelles au sous-sol sont traitées de manière noble pour que ces espaces appartiennent à part entière aux zones de vie de chacune d’elle.

LES ORIENTATIONS :

Au-delà de ces répartitions fonctionnelles et des gabarits attentifs aux bons rapports de voisinage, garantissant la meilleure entrée de lumière naturelle, l’aménagement des habitations tant privées que collectives est en tous points attentif à offrir aux futurs habitants la meilleure orientation sud ou ouest des pièces de vie et des espaces extérieurs, terrasses ou balcons.. Des logements avec pièces de vie traversantes ont été privilégiés permettant de profiter de l’apport lumineux avec de grandes ouvertures au sud ou à l’ouest.

Il y va d’offrir des espaces ouverts avec des baies généreuses et parfaitement orientées, permettant aux habitants de jouir des meilleures conditions spatiales et lumineuses pour garantir la meilleure qualité de vie dans cette nouvelle cité au cœur du village.

LE DENIVELE :

Construit sur un sous-sol commun, l’ensemble du projet du lot 1.2 n’est pas pour autant insensible à la topographie aussi légère soit-elle. Les faibles différences de niveaux d’un bout à l’autre du terrain sont mises à profit pour renforcer la répartition des espaces publics et privés et marquer les « seuils » qui les articulent.

 

Ainsi les commerces et les entrées des immeubles collectifs le long de la rue de la Gare sont accessibles de plain-pied pour la plus grande commodité de tous les utilisateurs. Les entrées des maisons aménagées en perron et leurs espaces privatifs extérieurs sont quant à eux toujours situés légèrement en hauteur par rapport aux espaces publics qui les entourent afin d’établir une position privilégiée de l’habitant et de préserver les qualités et l’intimité de la sphère privée. Pour autant, toutes les maisons resteront accessibles aux personnes à mobilité réduite via les rampes d’accès aux jardins collectifs en intérieur d’îlot situés de plain-pied avec les jardinets et terrasses privés des habitations.


EXPRESSION ARCHITECTURALEMATERIAUX ET PRINCIPES CONSTRUCTIFS :

L’ensemble des choix techniques et architecturaux vise une grande efficacité et une grande honnêteté de construction en ce sens que l’expression architecturale intègre la logique constructive. Les bâtiments s’expriment de la manière dont ils sont construits et les matériaux sont au service de l’expression architecturale.

La cohérence qui résulte de cette matérialisation liée aux caractéristiques authentiques des matériaux dote le projet d’un caractère durable au sens premier du terme. Le bonne tenue des matières dans le temps est intégrée et maîtrisée.

LA STRUCTURE :

La structure est en gros-œuvre traditionnel pour les éléments porteurs principaux reposant sur le sous-sol commun: murs mitoyens entre maisons, murs de séparation entre appartements, cages d’escalier. Ils représentent les grandes subdivisions du projet. Les murs porteurs sont réduits au strict minimum et les portées des dalles sont optimisées en ce sens.

A l’exception de quelques appuis ponctuels, les divisions intérieures des logements sont non portantes et constituées de cloisons sèches légères et isolées. Ce dispositif assure les possibilités d’adaptation des logements dans le temps et garantit la maîtrise des interventions et la limitation des nuisances (pour tous) lors de futurs travaux.

LES FACADES :

La structuration proposée pour les façades reflète les principes ci-dessus.

Une palette réduite de matériaux donne l’homogénéité et l’harmonie à l’ensemble en écho à la notion de communauté :

- Un enduit traditionnel (sur isolation en laine de roche) pour les masses qui fixent le grand cadre de la composition.

- Un bardage en panneaux de fibre minérale pour les remplissages et les constructions légères, qui apportent les variations et les particularités de la vie des différents habitants.

- Le béton apparent, pour les soubassements, les soutènements et les clôtures basses.

La manière de disposer ces matériaux pour organiser les façades en fonction des types de logements et de leurs situations apporte les nuances permettant d’identifier chaque unité de logement, autrement dit de reconnaître dans le groupe chaque individu.

Ainsi, dans les façades des maisons et des immeubles à appartements orientées vers l’intérieur d’îlot, les masses d’enduits permettent de marquer les limites entre les différentes unités d’habitation, en créant des cadres soulignant la mitoyenneté des maisons, ou en marquant les allèges et murs de séparation entre les appartements. Les encadrements des maisons permettent également d’harmoniser la perception de leur gabarit qu’il y ait ou non un 2ème étage.

Le bardage en panneaux est aussi utilisé pour les étages partiels des maisons, pour leur attribuer un caractère léger et variable.

Les entrées individuelles des maisons et de l’immeuble 1.2 d sont munies d’un auvent accueillant.

Les façades des immeubles sur la rue de la Gare procèdent d’une autre logique. Les rez-de-chaussée commerciaux s’expriment tel un grand soubassement par l’usage soit de vitrines, soit de bardages en panneaux. Il est partiellement surplombé d’un auvent marquant les diverses entrées.

Aux étages, la masse minérale et urbaine des façades est animée par un jeu de baies carrées de 3 dimensions différentes qui reflètent la variété des usages et des individus qui y habitent.

Les châssis de fenêtres sont en profilés en bois ou mixtes alu-bois. Elles sont toutes munies de protections solaires extérieures du type store à lamelles. Les grandes baies des séjours des maisons et des penthouses sont équipées de marquises intégrées au bardage de façade.

LES ABORDS :

Les matériaux sélectionnés pour les abords sont sobres, résistants et réduisent la nécessité d’entretien : Murets en béton apparent coulés sur place ou préfabriqués, escaliers d’accès et terrasses minérales dalles de béton préfabriquées, chemins intérieur d’îlot en pavés béton et en pas japonais en béton préfabriqués, etc. 

Les plantations sont toutes d’essences locales.

 

ENERGIE ET DEVELOPPEMENT DURABLE :

Pour la conception du projet, l’idée est de réaliser des bâtiments à faible impact sur l’environnement en terme d’émissions de CO2 résultant des consommation de chaleur pour les besoins en chauffage et en eau chaude sanitaire et disposant d’équipements réduits au minimum nécessaire, mais suffisants pour satisfaire au confort thermique estival et hivernal et à la sécurité des habitants, et nécessitant de ce fait le moins d’entretien possible.

Les quatre priorités qui ont servi dans la conception énergétique et technique du bâtiment classe A/A/A sont les suivants :

-       La 1ère priorité consiste d’abord à optimiser la structure et l’enveloppe thermique et de limiter au maximum les besoins en chaleur qui sont perdus à travers l’enveloppe. Avec l’utilisation d’un facteur de forme le plus compact possible, une enveloppe thermique la plus réduite possible, une limitation des ponts thermiques par l’utilisation des Isokorb, une isolation thermique et une étanchéité à l’air poussée, l’utilisation optimisée des surfaces transparentes externes et de leur orientation pour les apports de chaleur hivernal, le but est de réduire en amont au minimum les déperditions de chaleur et les infiltrations d’air et de réduire ainsi les besoins en chauffage statique. Ceci permet déjà d’obtenir la classe d’énergie A au niveau de l’enveloppe. Les vitrages disposent des protections solaires nécessaires (fixes ou mobiles motorisées) pour éviter toute surchauffe estivale.

-       La 2ème priorité consiste ensuite à utiliser directement, grâce à la structure massive et l’enveloppe optimisée, les énergies renouvelables « gratuites », comme les apports solaires passifs par les vitrages en hiver, les apports internes et les apports « froids » de la ventilation double flux la nuit pendant la période estivale. L’inertie des bâtiments permet en effet d’accumuler la chaleur sans provoquer la surchauffe et de la restituer progressivement pour la conserver en hiver ou bien pour l’évacuer la nuit en été.

-       La 3ème priorité consiste à distribuer les besoins restants, qui n’ont pu être couverts par les apports directs naturels, par des systèmes techniques de distribution et de régulation les plus efficaces et simples possibles et qui sont surtout adaptés à l’utilisation des locaux. Ceci est notamment atteint pour les habitations unifamiliales par des systèmes radiants comme le chauffage de sol basse température et à faible inertie, autorégulant ne nécessitant pas de régulation pièce par pièce. Pour les appartements, vu leur compacité, un seul radiateur par logement permettra de garantir le confort hivernal à faible coût. La production d’eau chaude sanitaire sera ainsi réalisée par des sous stations décentralisées avec échangeur de chaleur dans chaque unité d’habitation. Les pertes d’énergie sont ainsi évitées pour le stockage et la circulation de l’eau chaude sanitaire.

-       La 4ème priorité consiste à produire les besoins restants avec des systèmes techniques de production qui favorisent l’utilisation rationnelle de l’énergie ainsi que l’emploi des énergies renouvelables. Comme le raccordement au réseau de chauffage urbain alimenté en biomasse est possible, son utilisation pour la production de chaleur et de l’eau chaude sanitaire s’impose. Ainsi les émissions de CO2 pour les besoins de chauffage seront quasi nulles. De même l’éclairage des communs sera réalisé par éclairage 100% LED en combinaison avec des détecteurs de présence.