Veuillez orienter votre appareil en mode portrait

Veuillez orienter votre appareil en mode portrait

BRTRG 1303

Centre Scolaire Beim Schlass

Bertrange (LU)

classe énergétique B

stade: concours 2013, 1er prix
maître de l'ouvrage: Administration Communale de Bertrange
architectes / collaborateurs: M. Vereecken, L. de Theux, M. Maerckx, J. Annet, M. Lavizzari
stabilité: RW Consult
techniques spéciales: Goblet & Lavandier
surface: 4'685 m2 bâtiment / 3'650 m2 abords
images: quickit.be

 

Urbanité et mobilité, les deux facettes d’un même concept:

« Requalifier et valoriser le centre de Bertrange à l’occasion de ce projet de nouvelle école, c’est rechercher la solution la plus adéquate et la plus économique pour la réalisation d’un centre scolaire, suivant la topographie, le programme, le budget, le caractère architectural et urbanistique.

Cela doit se faire dans la continuité du projet d’espace partagé qui redéfinira le centre de Bertrange, par le biais d’une expression et d’un urbanisme contemporains, respectueux du tissu et de l’environnement naturel existants. »

L’implantation de l’école est l’occasion de redéfinir les espaces publics différenciés qui englobent les bâtiments historiques emblématiques du centre de Bertrange. La volumétrie de l’école se déploie pour donner de nouvelles parois à ces espaces publics.

Dans cette optique, le présent projet urbain se développe sur 3 axes :

  1. 1. Requalifier la place « Beim Schlass »
  2. 2. Mettre en valeur le château (Schauwenburg) et l’église comme élément visuel important pour l’identité / l’image du centre (en complément et en vis-à-vis de la Mairie) 
  3. 3. Favoriser la mobilité douce au quotidien autour des espaces publics du centre, dans le prolongement de l’impulsion donnée par le projet d’espace partagé/zone de rencontre « shared space »/et le parc le long de la Pétrusse. Connecter et irriguer les espaces publics par le flux de mobilité douce généré par les usages quotidiens de la nouvelle école.

Les deux phases du projet suivent les mêmes principes. La première phase jette les bases, elle donne l’impulsion ; la seconde phase la renforce et la complète en permettant de futurs développements vers le nord.

Le tout doit procéder avec bon sens et humilité, en mettant en œuvre des moyens simples et économiques disposés avec justesse.

> Requalifier la place « Beim Schlass » :

En sortant de la Mairie vers le nord et en passant à gauche du Schauwenburg, la place « Beim Schlass » est destinée à devenir un lieu important de la vie sociale de la Commune.

De par son orientation, sa situation est idéale : Ouverte au sud, protégée des vents, à l’écart de la circulation, elle est le cadre rêvé des manifestations publiques de la commune et de lieu de loisirs, de détente et de rencontres. Rendre cette place attractive aux habitants et aux visiteurs passe par l'amélioration des gestes et des envies du quotidien.

La place est ainsi dégagée pour mieux pouvoir y accueillir diverses activités ou manifestations publiques dans le futur, tel un marché, des concerts, des terrasses,... Elle devient un espace ouvert aux activités que les habitants pourront y inventer.  

La nouvelle école est l'opportunité pour mieux définir les parois de cette place et pour qualifier celle-ci en tant qu'espace potentiel d'activités publiques ou privées futures et variées. L'aile ouest de l’école clôture la troisième face de cette place et lui donne une forme géométrique bien réglée et proportionnée.

Un portique/préau périphérique renforce la géométrie de cette place sur trois côtés. Cette nouvelle structure légère et ouverte, sorte de galerie ouverte, permettra d'abriter différents usages spontanés extérieurs, tel que les rencontres et échanges à l'ombre, en toute fraîcheur en été, ou profitant d'une bonne protection de la pluie, des échoppes pour des petits marchés spécialisés, des expositions occasionnelles ou temporaires dans l'espace public, des musiciens et les terrasses des restaurants ou cafés de la place.

Ces dispositifs géométriques et fonctionnels permettront de renforcer l'attractivité de cette place et ainsi de renforcer sa définition en tant que lieu social central de la localité. Les commerces y profiteront d'une clientèle élargie, de possibilités d'étalages à l'extérieur et d'un passage à pied sec devant les  vitrines.

La disposition de bancs dans ces espaces de rencontres accueillants signifie que ce lieu peut être investi par les habitants de la Commune. Cela leur permettra de s’installer au soleil et à l’abri du vent, voire de la pluie, pour profiter du spectacle et de la qualité de vie urbaine qu’offrira le nouveau centre de Bertrange.
Cette configuration et ces aménagements susciteront de nouvelles activités sur la place, ils soutiendront et cadreront des initiatives d’associations dans un lieu redéfini et sécurisé pour tous.

>Mettre en valeur les bâtiments historiques du centre :

C’est d’une part les rendre visibles par de nouveaux "cadrages" urbains, et également créer un contact quotidien entre ces bâtisses remarquables et les habitants. Ils sont le décor de la vie de tous les jours, pas uniquement des pièces de musée que l’on observe de loin.

Le projet de l'école se concentre ainsi à créer un arrière-plan cohérent pour mieux mettre en valeur le patrimoine bâti et à créer des espaces publics bien cernés, clairement définis et identifiables: une place publique, un parvis d'école, une cour, des passages,...

Vu depuis les espaces des rues au Sud et à l'Ouest, l'église et le château sont cernés et mieux rassemblés par le volume de l'école avec son préau d’entrée sur deux niveaux. Les hauteurs de corniches sont similaires et l'espace public est bien cerné, créant des espaces urbains diversifiés et cohérents, rassemblant l'ensemble des bâtisses du centre de Bertrange.

Les alignements et géométries de la nouvelle école s'inspirent des géométries caractéristiques des constructions et des typologies environnantes: des espaces publics bien cadrés par des volumes bâtis présentant des 'imperfections' géométriques charmantes, des légers décalages qui créent des espaces publics fluides et continus caractérisés par ces subtils hors-alignements, de nouvelles perspectives.

Ces différents espaces publics sont pourvus d'aménagements paysagers et de mobiliers urbains laissant la plus grande liberté aux multiples usages que les habitants et visiteurs pourront inventer dans ces lieux accueillants et adaptés aux usages divers d'aujourd'hui et de demain.

Le projet conserve, intègre et prolonge les aménagements récents aux abords du château.

Il crée de nouvelles séquences urbaines autour des bâtiments historiques du centre.
Dans la succession des espaces publics, le parvis, entre le château et l’école, est un espace dont l’échelle est particulièrement adaptée à la proximité du château, et progressivement s’adapte à l’échelle des enfants.

>Favoriser la mobilité douce / Connecter et irriguer les espaces publics par le flux de mobilité douce :

C’est drainer le centre par des chemins de mobilité douce, le rendre perméable aux piétons, créer des raccourcis facilitant/privilégiant les déplacements non motorisés, et également penser toutes les facettes de la mobilité au quotidien.

Le projet du « shared space » mentionne clairement la création de points d’attractions, d’accents, en différents lieux du centre de la Commune, telles des terrasses au sud du bâtiment « Beim Schlass » et au lieu-dit « Em Bureck », des terrains de sport, un kiosque ou encore des places de jeux. Ces points sont judicieusement disposés à des distances que l’on peut aisément parcourir à pied en peu de temps, en étant guidé naturellement de l’un à l’autre.

Ceci traduit la volonté de la Commune de dynamiser toute cette zone en accordant aux mobilités douces une position dominante, en suscitant spontanément leur usage comme le moyen le plus naturel et le plus évident de s’y déplacer. 

Les stationnements de véhicules restent à l’extérieur ou en périphérie (et en nombre limité). On s’y déplace à pied, on fait des rencontres. Le matin, en venant à l’école, on traversera le centre à pied vers le complexe scolaire, depuis les arrêts de bus ou les zones de stationnements prévus dans le concept du « shared space ». Seuls les retardataires en véhicules privés pourraient être déposés sur la zone limitée du « Kiss & Go » de la rue de la Fontaine. Le midi ou le soir, les élèves et professeurs se disperseront pour rejoindre les arrêts de bus ou les zones de stationnement périphérique (rendez-vous avec les parents) pour rentrer chez eux. Le centre sera animé de leurs passages.

L’accès des parents, matin et soir, au foyer scolaire (situé en phase 2) sont plus dilués dans le temps. La petite zone « Kiss & Go » de la rue de la Fontaine, avec un stationnement maximum de 5 à 10 minutes, est tout à fait adaptée pour déposer et reprendre les enfants.

Le présent projet prolonge ces réflexions par la création d’un nouveau chemin depuis l’église vers le nord le long de la limite est du site. Ce « chemin des écoles » offre un nouveau passage reliant le parvis de l’église, les cours de la phase 1 de l’école et le parvis du futur développement de la phase 2 et les terrains au-delà vers le nord. Ce chemin prend naissance à l’arrière de l’église sur le passage longeant le nord du monument. Il sera dès lors un raccourci de choix qui renforcera quotidiennement le contact aux monuments du centre. 

À l’ouest, l’ensemble formé par le préau périphérique de la Place « Beim Schlass » et la rampe entre ce dernier et la façade de l’école, est un équipement urbain qui marque la profondeur de la place et constitue une allée qui invite le piéton à passer vers la rue de la Fontaine vers les développements futurs du site. 

Les espaces extérieurs de l’école sont ouverts et complémentaires aux espaces publics principaux.

Concept architectural :

Les élèves ne sont pas dans un monde clos mais au cœur de la vie du village. L’école est le centre d’apprentissage de la vie en société.

Disposition générale / le bâtiment :

>Volumétrie de l’école 

C’est le prétexte à compléter les espaces du centre de Bertrange. Sa disposition en Z permet de créer une fond de perspective qui unit le château et l’église, de compléter et redéfinir la géométrie de la place « Beim Schlass », de créer un parvis au sud et une cour au nord, de qualifier la rue de la Fontaine par le gabarit du préau fermant la cour nord.

Façade sud, sur le parvis d’entrée au pied du château, débordement de toiture marquant la façade à l’échelle urbaine, un auvent secondaire ponctue l’entrée à l’échelle du piéton. 

Les espaces extérieurs de l’école sont travaillés pour leur donner un maximum de diversités de caractères afin de supporter et susciter un maximum d’usages différents suivant la créativité des utilisateurs. L’urbanité et la nature y sont présentes. 

>Etude du dénivelé : 

L’entrée de l’école est au même niveau que l’entrée du Schauwenburg. Les aménagements extérieurs faisant partie intégrante du réaménagement du château sont conservés ainsi que les arbres. 

La sortie nord vers la cour de récréation est de plain-pied avec le rez de l’école. Les espaces de récréation sont développés sur deux niveaux séparés par des gradins généreux propices au jeu, à la motricité et pouvant faire office d’amphithéatre extérieur (support aux cours et activités scolaires, ou périscolaires). Le socle de la cour haute est idéal pour l’aménagement des citernes de récupération des eaux pluviales. Un abri à vélos est aménagé dans le mur de soutènement du nord de la cour haute.

La partie basse de la cour constitue le prolongement du « chemin des écoles » qui raccorde la rue de la Fontaine sous la forme d’un nouvel espace partagé.

>Disposition du programme :

Les salles de classes avec leurs salles annexes sont disposées sur les niveaux rez et étage des deux ailes. Cette disposition permet d’identifier, si cela est souhaité, chaque aile et chaque étage à une année spécifique des deux cycles. Les orientations est/sud ou ouest sont respectées pour la majorité des classes.

Le centre du bâtiment rassemble au rez, les salles de réserve, les salles pour enseignants et leurs locaux annexes, ainsi que la salle de conférence. Les salles des enseignants bénéficient d’une situation privilégiée dans le hall dès l’entrée sud de l’école et profitent d’une vue sur les différentes parties de la cour de récréation au nord. 

Des volumes de services avec locaux d’entretien et batteries de sanitaires sont disposés à chaque étage à l’entrée de chaque aile depuis le hall central. Ces positions correspondent également à la proximité des deux sas d’entrée, côté sud pour l’entrée principale et côté nord vers la cour de récréation. Dans le développement futur du projet la répartition exacte des sanitaires pourra être déterminée plus précisément entre les deux blocs.

La bibliothèque est intégrée à la zone centrale de l’étage avec vue sur la cour et bénéficie d’une lumière neutre du nord. A égale distance des deux ailes, elle occupe une position attractive pour tous les élèves. Les ateliers et autres salles d’activités se trouvent au sous-sol de l’aile est. Par le jeu des différences de niveaux entre le rez et le « chemin des écoles », ces salles bénéficient de larges baies et profitent des mêmes qualités de lumière naturelle que les salles de classes. Tous ces locaux spécifiques se trouvent à proximité des locaux de stockage au même niveau.

La disposition du projet permet la gestion de l’accessibilité au public par zones, niveaux ou ailes, ce qui facilitera l’organisation d’activités parascolaires en dehors des heures de classe.

>Sécurité :

La conception du projet suit strictement les réglementations en vigueur de la fonction publique et les prescriptions ITM pour les bâtiments bas.

Une cage d’escaliers de secours centrale donne, au rez, dans le sas vers la cour. Chaque aile dispose également d’une cage d’escaliers de secours à leurs extrémités avec sortie directement à l’extérieur. Chaque aile est aisément compartimentée.

Les classes :

Les classes font toutes 7 mètres en profondeur et 9 m en façade avec une hauteur libre de 3,25m. Elles sont équipées et disposées conformément au cahier des charges et aux recommandations du Ministère de l’Education. 

Elles sont organisées en module par deux autour d’une salle annexe accessible directement de chacune d’elles. Le tout prend place dans une structure orthogonale modulée sur une trame de 7m par 4,5m. Les parois entre classes ne sont pas porteuses de manière à offrir une grande flexibilité dans le temps à tout le bâtiment. 

Le projet intègre la réflexion suivante : On sait que la population d’élèves des écoles varie avec les années en fonction du nombre de ménages avec enfants dans la commune. Un bâtiment scolaire peut avoir une fréquentation fluctuante dans le temps et il est dès lors important de s’assurer de la flexibilité du bâtiment pour supporter rapidement et à peu de frais les réaménagements nécessaires à son adaptation, même partielle, par exemple en centre sociétaire ou en d’autres fonctions utiles à la vie de la commune.

Les vestiaires/porte-manteaux et casiers, ainsi que les placards et le point d’eau sont intégrés dans l’épaisseur travaillée de la paroi entre classes et couloir. Des mobiliers bas peuvent être intégrés le long des allèges de fenêtres.

Matériaux :

Le projet se veut « éco-logique » : c’est-à-dire qu’il favorise l’usage du bon matériau au bon endroit, suivant la logique du matériau le plus efficient d’un point de vue du rapport coût/performances.

Dans ce sens, la structure de base est prévue en gros-œuvre traditionnel béton. Ce qui permet de combiner l’inertie thermique, la rigidité structurelle, l’isolation acoustique par la masse et l’économie financière.

Les façades sont prévues en ossature bois afin d’allier la meilleure isolation thermique et l’intégration des menuiseries et protections solaires dans une épaisseur optimale tout en maîtrisant les ponts thermiques et les lieux de l’étanchéité à l’air.

Tant le gros-œuvre béton que les façades bois offrent des possibilités de préfabrication, ce qui avantage également les démarches budgétaires. Les détails sont, dès le début, optimisés, pensés avec réalisme et dans un but de systématisation.

Concernant les abords, les matériaux seront choisis dans le prolongement de ceux retenus pour l’exécution du « shared space », en distinguant toutefois les parvis par un nouveau matériau. Les aires de jeux ne sont pas aménagées au premier degré avec des équipements tout faits de catalogues. Ils sont équipés d’installations d’apparence plus neutre formant support à l’imagination des enfants.

ENVELOPPE :

L’ensemble du bâtiment est conçu pour garantir les exigences d’un bâtiment fonctionnel de classe B.
Toutefois vu les modes constructifs retenus, corps massif en gros-œuvre traditionnel et façades légères à ossature bois et haute isolation intégrée, le complément pour atteindre la classe A sera facile à atteindre avec peu d’adaptation. L’isolation thermique optimale dans les parois en ossature bois est déjà prédimensionnée avec une épaisseur de 30 à 35cm.

Les larges baies vitrées des classes et circulations permettent de recueillir les gains solaires nécessaires en hiver. Les portions de bardages passant devant les vitrages atténuent légèrement ce phénomène et sont largement compensés par l’isolation thermique.

les Façades / le langage architectonique:

Le projet adopte une expression modeste et sobre par rapport aux structures bâties d’importance majeure que sont le château et l’église. Le projet n’entre pas en concurrence avec eux mais assure une présence mesurée par un certain retrait adapté à la bonne mise en valeur du patrimoine. Sa volumétrie est structurante dans le contexte général à l’échelle urbaine. De plus la nouvelle école possède son expressivité propre en second rang avec subtilité et finesse au niveau des détails. 

L’architecture des nouveaux bâtiments dialogue avec le contexte existant, d’une part au travers des harmonies de teintes et d’autre part au travers du contraste de matériaux chaleureux travaillés de manière contemporaine. Chaque période s’exprime avec honnêteté. Une exigence d’économie des moyens confirme la cohérence avec la bonne gestion financière, entendue comme la sélection du bon rapport qualité/performance dans le cadre budgétaire fixé.

La volumétrie générale est soulignée par des masses minérales avec finition enduite. Les rives des toitures plates retombent sous la forme de pans massifs aux extrémités des alignements de classes, formant de grands encadrements qui enserrent les façades différenciées des classes ou des circulations.

> Les façades des classes :

Elles sont caractérisées par les grandes baies vitrées des classes, depuis les allèges jusqu’aux plafonds. Les allèges sont bardées de chevrons de bois verticaux ajourés, dont certains se prolongent vers le haut ou vers le bois afin de créer des filtres visuels et de conférer aux façades un rythme plus irrégulier et des jeux de proportions plus proches des bâtiments existants. Les grandes baies vitrées sont constituées d’une alternance de fenêtres fixes et ouvrantes.

Cette composition intègre des protections solaires extérieures sous la forme de stores à lamelles « cut-off » assurant la transmission indirecte optimale de la lumière naturelle vers l’intérieur et la visibilité de l’extérieur. Une modèle de store à lamelles renforcées guidées par rail pour une résistance augmentée au vent est préconisée. Il servira également d’occultation.

> Les façades des circulations :

Elles se composent d’une résille de châssis bois montants et traverses dont les verticales sont saillantes vers l’extérieures. Elles suivent un rythme irrégulier constitué d’intervalles de 60/90/120 cm. Elles sont vitrées à maximum 60% et intègrent minimum 40% de panneaux opaques isolés. Elles disposent également de protections solaires mécanisées pour les parties vitrées. Les parties opaques constituent côté intérieur des panneaux acoustiques ou des panneaux d’affichage pour les travaux des élèves lors qu’ils sont à hauteur des yeux.

>La façade du préau au nord :

Elle s’inspire de la forme des façades des circulations. Elle est constituée des mêmes montants de bois suivant les mêmes intervalles. Un filet est tendu entre ces montants du bas au haut de la façade.

L’ensemble du préau se veut expressif afin de marquer par son caractère plus iconographique ce passage de la rue de la Fontaine qui sera le centre animé du complexe scolaire.