Veuillez orienter votre appareil en mode portrait

Veuillez orienter votre appareil en mode portrait

KH2O 1603

H2OTEL Château d'eau Kirchberg

Le château d’eau du Nord-Est Kirchberg sera situé en lisière de la forêt du Grünewald et en point de mire de la courbe du Boulevard Pierre Frieden. De ce fait il devra former un repère visuel construit assumé en dialogue avec la nature qui l’entoure. 

Il devra également, et c’est là son caractère unique, constituer un accueil de la faune sauvage. Dans notre conception du projet, nous avons voulu prendre cette dernière exigence comme base de réflexion plutôt que de l’intégrer à postériori. En d’autres termes il ne s’agit pas pour nous de réaliser un château sur lequel implanter divers nids, mais de parvenir à réaliser une construction abritant la faune et formant une structure capable d’intégrer les éléments constitutifs d’un château d’eau. Tout comme quand nous travaillons sur un immeuble de logement collectif, ce sont les différents types d’appartements pour les différents types d’utilisateurs qui font dans un premier temps l’objet de toute notre attention. Ensuite, une fois ces éléments bien maîtrisés, ils sont combinés et déclinés pour former un ensemble architectural cohérent.

Pour le château d’eau, nous avons étudié la manière de réaliser les différents modèles de nids suivant les critères particuliers propres aux espèces souhaitées, puis nous les avons développés afin qu’ils constituent les blocs d’un jeu de construction pouvant former un immeuble collectif, un hôtel pour ces différentes espèces. Il s’agit desderrière unnon traité,  là où il n’y a pas de nid

La forme à laquelle nous avons abouti avec ce système constructif simple et économique découle des contraintes statiques de reprise des charges des réservoirs et du vents, mais aussi de la volonté de présenter un profil différent sous toutes les orientations, afin de constituer un véritable point de repère pour les observateurs. 

Comme de nombreux oiseaux forment des nuées légères et dansantes, ce mode de construction, constitué de centaines d’éléments similaires, et sa mise-en-forme non moins particulière confèrent à l’édifice légèreté et élégance. La découpe sur le ciel qui évoque l'envol est de ce point de vue extrêmement importante.

Les blocs sont disposés selon une ellipse en base au niveau 0.00 et de façon à épouser au plus proche les deux réservoirs à l’altitude +31m. Il évolue d’une forme à l’autre entre ces deux niveaux et vont en s’évasant par la suite. Le nombre de blocs sur un niveau continu est constant, le périmètre va en augmentant au fur et à mesure que l’on monte et les blocs sont de plus en plus espacés. A partir du dessus des réservoirs, le nombre de blocs va en diminuant progressivement jusqu’au niveau +50.00, ce qui permet de dégager progressivement une plateforme d’observation de l’ensemble du Plateau de Kirchberg et, au loin vers l’ouest, la Ville.

La projection au sol de l’ensemble est de 298m2 mais chaque niveau a une emprise bien moindre. La surface à la base est de 150 m2 par exemple.

Intégration de la faune

Une proportion importante des blocs sont aménagés en nid et reçoivent un parement bois non traité.  Ce parement est aéré et disposé de façon à remplir au mieux sa fonction d’accueil en fonction des espèces, particulièrement concernant les chauves-souris. 

Les blocs bardés sont distribués suivant un motif en apparence aléatoire pour souligné l’effet de nuée. Le modif répond toutefois aux proportions suivantes : 0% sur les 4 premiers mètres, 30% de 4 à 20m et 70% ensuite, et respecte la disposition des types de nids suivant les compatibilités, les orientations et les altitudes propres à chaque espère.

Les nids pour martinets et chauves-souris sont intégrés dans les blocs avec parement bois via une réservation dans la partie centrale du bloc béton et intégré au coffrage.

Le nid pour le faucon pèlerin est lui intégré dans un des espaces entre les blocs. L’orientation et l’altitude permette un accès éventuelle via le palier d’accès au cuves.

Ces dispositions sont adaptables jusqu’en fin de mise-au-point du projet selon les exigences des spécialistes de la faune. Le projet est flexible de ce point de vue. Nous pensons également que le volume intérieur accessible en altitude par les interstices entre blocs peut créer un beau potentiel pour les espèces, à examiner avec les spécialistes.

Présentation du parti structurel et du parti technique

Le système porteur et la façade du château sont constitués de blocs de dimensions 200cm de long x 50cm de haut et 40cm de profondeur. 

D’un point de vue structurel, les surfaces de contact entre les blocs sont continues et dans l’alignement l’une de l’autre de telle sorte que l’on obtient des lignes d’efforts de compression continues formant des « piliers » verticaux.  Même sous efforts de vents, les calculs effectués à ce stade montrent que les efforts de soulèvement sont peu nombreux et uniquement présents dans les parties hautes où peu de charges gravitaires sont appliquées.

Pour assurer une robustesse suffisante et éviter les désordres lors de cas de charge accidentel, il est prévu une armature de liaison entre les blocs. A cette fin,  les blocs comportent une réservation verticale surdimensionnée à chaque extrémité apportant une tolérance de positionnement adaptée. Au montage on réalisera un calage et par la suite un matage au mortier sans retrait. Les armatures traverseront les réservations dans les blocs qui seront par la suite rempli avec un coulis de béton sans retrait.

Les blocs seront numérotés et un traçage en atelier permettra de matérialiser les contours de la ligne d’appui des blocs supérieurs. Ceci afin d’aider au montage et de ne pas devoir systématiquement faire des levés topographiques de chaque strates lors du montage. Des levés seront toutefois effectués tous les trois ou quatre lits dans un souci de contrôle de la géométrie générale de l’ouvrage, mais ils ne seront pas nécessaire au positionnement de chaque bloc.

La face supérieure des blocs intègre un pente afin d’éviter les stagnations d’eau.

Dans la partie basse de la tour, sur les 4 premiers mètres, l’espace entre les blocs sera fermé par un remplissage permettant de garantir d’éradiquer toute prise risquant d’inviter de potentiels grimpeurs.

Les avantages de travailler avec des blocs préfabriqués de ce type sont :

  • Système répétitif et simple comme certains jeux d’enfant,
  • Coût faible et technologie simple et maîtrisée car liée au coût et à la réalisation d’éléments de géométrie simple en béton armé
  • Pérenne et bonne patine dans le temps
  • La préfabrication permet de préparer le travail hors site ce qui permet de travailler en amont dans de bonnes conditions de qualité en atelier et en limitant les déchets. Elle permet aussi un contrôle de qualité et d’aspect avant mise en œuvre.
  • Permet d’éviter des coffrages complexes en hauteur.
  • Solution intégrée