Veuillez orienter votre appareil en mode portrait

Veuillez orienter votre appareil en mode portrait

PFA4 0511

Ensemble de projets au Pfaffenthal

LE PROJET URBAIN :

Cet ensemble de projets (Centre du Mouvement Ecologique, Transformation de l’Ecole et Logements) constitue la première phase architecturale d’un projet global de développement urbain en études depuis 2002 (plan d’ensemble construction, plan de développement de quartier, plan directeur et plan d’aménagement particulier).

Le projet urbain d’ensemble préconise la densification des habitations le long du parc Odendahl et de l’Alzette (rive droite), jusqu’au réaménagement de la place Vauban sise au pied de l’église.

Outre la construction de nouvelles habitations, ce projet vise à restructurer un tissu urbain qui a été fortement dégradé par des démolitions et nouvelles constructions entre les années ’50 et ’70, en améliorant entre autre le coté verdoyant du quartier et lui donnant une nouvelle dimension écologique.

Ainsi, cette première phase consiste en la mise en valeur de l’école primaire, de la construction du centre du Mouvement Ecologique, de trois maisons unifamiliales et de trois appartements.

L’ensemble du projet, intègre de nouvelles plantations et met en place de nouveaux aménagements extérieurs publics verdoyants, met en place des techniques et matériaux jouant un rôle important dans l’avenir écologique et énergétique du quartier et de la ville.

Les aménagements urbains répondent à des demandes et des besoins de plus en plus importants en matière de mobilité, et offre ainsi aux habitants et utilisateurs non seulement un parking souterrain de 27 places, mais également de l’ordre de 7 places de stationnement extérieurs et un parking à vélo en partie couvert.

L’ensemble du projet proposé répond à de nombreuses notions écologiques, environnementales, structurelles, fonctionnelles et énergétiques qui seront développés plus amplement dans les paragraphes suivants.

LE CENTRE DU MOUVEMENT ECOLOGIQUE :

A côté de l’école existante du Pfaffenthal, rue Vauban, le Centre du Mouvement Ecologique, dit le « MECO », se trouvait dans des bâtiments vétustes, sans aucun intérêt du point de vue du patrimoine bâti ou d’élément architectural dans le tissu urbain.

Ce bâtiment présentant de sérieux problèmes de stabilité, d’humidité et de capacité en terme de surface utile était destiné à être démoli et  remplacé par une nouvelle construction exemplaire pour ses réponses apportées aux soucis  et questions de développement durable.

Ainsi, il est décidé de réaliser un bâtiment exemplaire, respectant les valeurs écologiques et énergétiques requises en matière environnementale et  répondant et amenant des solutions aux divers problèmes actuels soulevés ci avant.

Le nouveau bâtiment du centre du Mouvement Ecologique, sera construit suivant les principes et répondra aux critères d’un immeuble dit « passif ».

qui seront développés ci-après dans les divers paragraphes relatifs à l’écologie, l’énergie, la stabilité et les aménagements extérieurs.

Cette nouvelle construction presque toute en bois massif, ne recourant aux techniques du béton armé qu’aux endroits absolument nécessaires (cage d’escaliers de secours et locaux contre terres) ou à la construction en acier pour les grandes portées, est destinée à devenir un projet pi

La programmation complexe du centre du Mouvement écologique, différente d’étage en étage est rassemblée sous une construction sobre et répétitive de plateaux libres et flexibles. Chaque plateau est cloisonné et équipé de manière différente suivant les besoins actuels et spécifiques du Mouvement écologique.

Le bâtiment du MECO, sera réalisé, suivant différents principes et valeurs écologiques, outre les valeurs et notions écologiques globales reprises pour le projet dans son ensemble.

Tout d’abords, le choix de matériaux, tant pour la composition de ses parois et planchers que pour les revêtements de façades et toitures, que ce soit du point de vue structurel ou du point de vue parachèvement chaque matériau proposé et retenu pour la réalisation du nouveau bâtiment à fait l’objet d’études et d’analyses comparatives poussées pour vérifier ses qualités écologiques, ses effets et impacts environnementaux, énergétiques et structurels.

Chaque matériau retenu présente des valeurs favorables et optimales en matière de durée de vie, de fabrication, d’origine, de qualité de transmission thermique, de mise en œuvre, de rejet de gaz à effets de serre, de consommation d’énergie grise, d’acidification, de photosmog, de dégagements de chaleur, de réutilisation, etc…

Concrètement, la construction proposée met en œuvre principalement le bois au niveau de son ossature proprement dites, de ses parachèvements et menuiseries extérieures.

Du point de vue de son ossature, les parois extérieures portantes sont constituées d’ossature bois, de type « poutre-poteaux » traditionnelle, les planchers sont quant à eux, réalisés à l’aide de dalles à caissons en bois préfabriquées.

Ce type de caisson répond d’une part à des critères essentiels structurels (voir paragraphe ultérieur), et d’autre part comme précisé auparavant, répond à un bilan écologique global positif.  Ces éléments à caissons, intègrent également dans leur composition, en partie inférieure, des faces absorbantes acoustiques.

Les parois extérieures sont composées d’une ossature traditionnelle en bois et d’une isolation de type « cellulose de papier » soufflée, complétée sur sa face extérieure d’un panneau isolant de type « fibre de bois » le tout formant une épaisseur d’isolation de 23.5cm.  L’isolation en cellulose soufflée a pour avantage de remplir tous les interstices et de ne laisser aucun vide et ainsi d’atteindre une efficacité optimale. Ce matériau est entièrement naturel et a un très bon coefficient de conductivité thermique recherché bien entendu pour ses qualités en matière d’économie d’énergie. Le panneau de fibre de bois quant à lui peut remplir également sa fonction de pare pluie, c’est pour cette raison qu’il se situera à l’arrière de la ventilation, formée par un double lattage à l’arrière du bardage bois.

Les façades du bâtiment auront donc pour manteau extérieur un revêtement en bois, bardage formé de voliges verticales en bois indigène, laisser au naturel qui au fil des années se grisera naturellement au rythme de l’alternance des intempéries et des rayons de soleil.  Ce qui ne nécessite aucun entretien.

Les châssis extérieurs sont tous en bois et sont munis d’un double vitrage, répondant aux normes et facteurs requis.  Les gardes corps extérieurs sont en verre et sont fixés ponctuellement aux châssis. Chacune des fenêtres située sur les façades les plus ensoleillées est munie de pare soleil extérieurs.

En toiture, le plancher en bois à caissons est déjà de par sa nature et composition bien isolé. Celui-ci est tout de même renforcé par une double isolation extérieure en panneau de fibres de bois de 120 + 35mm. 

Un complexe de toiture végétale extensive, étanche et drainant vient achevé la couverture. 

Le bâtiment offre par sa toiture plate une grande surface utilisable du point de vue écologique, c’est pourquoi l’aménagement d’une toiture verte permettant entre autre l’augmentation de la biodiversité de l’écosystème au sein de la ville, l’évaporation naturelle de 50% l’eau de pluie ce qui à pour effet de ralentir le « tout à l’égout » ou de diminuer substantiellement les quantités d’eaux pluviales rejetées, est préconisée et prévue. 

Cette toiture sera aménagée avec des plantations basses et mousses ne demandant aucun entretien.

Outre ses atouts écologiques, la toiture verte présente un intérêt esthétique indéniable lorsque la toiture n’est autre que par sa situation une cinquième façade, visible du haut de la Ville.

La terrasse arrière, en partie basse du MECO sera revêtue de bois et arborée par de nouveaux arbres. Les revêtements de sol extérieurs proposés, sont également choisis dans des matériaux régionaux et  sont perméables à l’eau de manière à laisser l’eau effectuer son chemin et cycle le plus naturel possible.

Les aménagements extérieurs comprennent à proximité et en contre bas du MECO, dans un souci de favoriser la mobilité douce en Ville, un parking à vélos en partie couvert. 

En conclusion, le bâtiment du Centre du Mouvement Ecologique proposé se veut et se doit d’être construit avec des techniques et matériaux sains, innovants, respectueux de l’environnement actuel et futur et réduisant la consommation des ressources. 

Il se doit de faire passer un message écologique tout en offrant une qualité architecturale et énergétique.

anciens collaborateurs : J. Wilhelm, Christian Waltener, Ina Mittmann, Nicolas Laurent, Nicolas Menu