Veuillez orienter votre appareil en mode portrait

Veuillez orienter votre appareil en mode portrait

PPNG 2005

Place publique et logements pour le nouveau centre de Peppange

collaborateurs STDM: Marc Holstein

Peppange, village-tas

« De par sa construction Peppange est un hameau typique. Il représente un village fermé avec des superficies construites irrégulièrement et avec des fermes de grandeurs différentes. Jadis les villages-tas étaient le plus souvent entourés de haies ou des clôtures en bois et se distinguaient des autres types de villages par leur aménagement sans plan. Une grande partie des villages-tas remonte au Moyen-Âge. Le territoire de ces villages était composé par la place du village, les champs et les biens communaux. »

Ci-dessus la description de Peppange reprise sur les planches informatives présentes autour du site et qui nous a fortement marquée dans le développement du projet.

Peppange hérite donc des principes d’un village-tas, construit sans plan, avec des bâtisses agglomérées irrégulièrement et sans réel ordonnancement ou alignement, autour de son église.

Dans le respect et suivant la logique du caractère historique non-ordonnancé du village, nous proposons l’implantation de quatre groupes d’immeubles distincts, formant un îlot de logements aéré et perméable. Ces immeubles s’articulent subtilement entre eux pour s’ouvrir progressivement sur le paysage et les alentours du village. L’implantation en peigne permet d’intégrer de manière irrégulière mais harmonieuse les bâtiments existants conservés, l’école, le presbytère et le bâtiment Frite voisin, tout en offrant une qualité de vie à chaque immeuble ainsi que des espaces extérieurs variés. Avec une orientation majoritairement sud-ouest et sud-est, les nouveaux immeubles profitent d’un apport de lumière naturelle, augmentant ainsi les gains solaires et le confort et le bien-être des futurs habitants.

La présence des murs

Depuis la place du village en contrebas, l’église et son cimetière dominent le site sur un point haut marqué par la présence des murs de soutènement avec ses contreforts massifs. D’autres murs de soutènement et des murets sont présents tout autour du site (rue de la Montage, rue des Ponts, rue de l’Eglise et rue Saint-Benoit) et font partie de l’identité du village de Peppange.

Les murs deviennent une thématique-clé du développement du projet d’ensemble. En les prolongeant au travers du projet ils permettent de créer naturellement une continuité depuis la place de convivialité jusqu’à l’îlot de logement au-dessus.

Le mur de soutènement de l’église se poursuit visuellement dans la rue de la Montage par la façade du parking qui est séquencée par les pignons des immeubles et les escaliers d’accès au niveau des jardins communs.

Du côté de la rue de l’Eglise, le muret devient le garde-corps de la placette en face du restaurant Edesia et se prolonge le long de l’escalier d’accès du parking public pour aboutir au niveau de la place avec l’arrêt de bus. Vers le haut c’est le prolongement du muret de l’école devant l’immeuble de logement qui lui fera écho.

Réinventer le volume de la ferme traditionnelle

Peppange est fortement marqué par la présence de ces anciennes fermes formant un amalgame non-ordonnancé, typique d’un village-tas médiéval. Plusieurs musées aux alentours du cœur du village témoignent notamment de l’art et de l’habitat d’autrefois.

Sachant que les toitures à deux versants sont imposées au plus proche de l’église, nous proposons une déclinaison contemporaine de la toiture traditionnelle à deux versants sur l’ensemble des quatre immeubles. Cette déclinaison permet d’unifier visuellement le projet des logements sociaux en l’intégrant de manière harmonieuse au contexte bâti existant.
Afin de préserver une échelle rurale adaptée sur l’ensemble de l’îlot de logements nous avons limité les gabarits des immeubles à deux niveaux pleins et toiture (R+1).

Les quatre immeubles sont disposés sur un socle commun abritant les parkings nécessaires en souterrain. A l’instar des anciennes bâtisses traditionnelles, les volumes sous toitures ne sont pas habités. Ils redeviennent des espaces-tampons. Ainsi les caves individuelles des logements et les buanderies communes sont proposés hors-sols sous les toitures. Le reste de la surface accessible sous la toiture se présente sous forme de volume ventilée et sert de séchoir commun, espace de rencontre et de partage entre les habitants.

Qualité des espaces extérieurs et intérieurs

L’implantation en peigne des immeubles génère entre eux des espaces extérieurs qui accueillent des jardins partagés qui accentuent la qualité sociale du projet. Ces jardins sont également conçus comme espaces de repos, de partage et de culture potagère. Ils participent à la qualité de vie et renforcent l’identité et l’appartenance au lieu des futurs habitants.

L’îlot est perméable. Plusieurs passages permettent de le traverser et créent ainsi des promenades de chemins courts au cœur du village. L’aire de jeux est implantée dans la cour sud-est devant l’ancienne école et permet de limiter les éventuelles nuisances sonores occasionnées dans les logements. Chaque logement dispose d’une grande terrasse / loggia extérieure qui peut être entièrement fermée manuellement grâce aux volets pliants bardés de bois, selon le degré d’intimité souhaité par les habitants.

Toutes les terrasses et loggias sont orientées sud-est ou sud-ouest et profitent ainsi d’un ensoleillement idéal pendant toute l’année.
L’ensemble des logements dispose d’une double orientation, la partie nuit avec les chambres côte nord-est nord-ouest et la partie jour avec la salle-à-manger et le séjour côté sud-est sud-ouest.

Concepts innovants et performants

Des concepts fonctionnels et performants ont été mis en place afin de garantir l’accessibilité d’une grande partie des logements aux personnes à mobilité réduite.

Exception faite du bâtiment intergénérationnel accolé à la Frite, les trois autres immeubles sont composés de deux bâtiments chacun. Chaque bâtiment possède son propre accès et sa propre circulation vers l’étage. Afin de limiter au stricte minimum l’installation d’ascenseurs pour un seul étage (avec un impact sur les surfaces nécessaires ainsi que le budget d’un logement social) nous proposons un logement PMR au rez-de-chaussée de chaque bâtiment. Pour le petit bâtiment à deux logements, l’accès privatif au logement de l’étage se fait via l’escalier extérieur accolée au bâtiment dans le volume tampon de la façade bardée-ventilée. De cette manière les tous les espaces communs de circulation sont optimisés.

Le parking forme le socle du projet sur un seul niveau. Il comporte tous les emplacements nécessaires suivant la réglementation actuellement en vigueur. 

Toutefois il nous tient à cœur que le projet intègre les notions de résilience et de durabilité dans l’aménagement du parking. Dans une vision du futur où les emplacements de parkings et la voiture privée deviendront de plus en plus mutualisés et où les transports en commun seront développés et encouragés, nous prévoyons déjà des accès pour que les surfaces de parking situées directement à front de rue sous les immeubles deviennent potentiellement exploitables. En vue d’une décroissance d’emplacements privatifs, ces surfaces profitant d’un accès et d’une façade rue, pourront un jour être aménagées pour les besoins d’espaces de travail ou de services, et participer ainsi à l’animation et à la vie sur l’espace public.

Afin de limiter les terrassements au strict nécessaire nous proposons de reloger les caves individuelles hors-sols, sous la toiture avec une buanderie commune. L’espace ventilée accessible sous la toiture devient ainsi un espace de partage et de rencontre profitant de la vue sur les paysages environnants.

Le projet favorise la qualité sociale des logements avec ces espaces partagés sous la toiture, appropriables par les habitants.