Veuillez orienter votre appareil en mode portrait

Veuillez orienter votre appareil en mode portrait

ZLTB 0508

Ecole du Cirque Zaltimbanq

Projet de transformation de la menuiserie Zeyen, sise 26 avenue Pasteur à L-Limpertsberg

PROGRAMME
Le programme comprend l'aménagement de deux grandes salles d'entraînement, un local de stockage du matériel, un local social, un local logistique/administratif interne, des vestiaires et sanitaires. L'accessibilité aux personnes à mobilité réduite est à garantir.

MÉMOIRE DESCRIPTIF
Caractéristiques du bâti existant :
Les anciens ateliers Zeyen sis en fond de cour présentent deux parties de constructions : la plus ancienne construite avec des murs de moellons enduits, avec planchers bois à grande portée et encadrements de baies de fenêtres en briques apparentes, la plus récente construite en piliers, poutres et planchers en béton armé brut et remplissages maçonnés.
La première, dénommée « bâtiment A », présente des hauteurs sous plafond généreuses et est dans son ensemble en assez bon état. Les grosses poutres (rondins) en bois sont très caractéristiques de l'époque de construction et peuvent avec quelques renforts en acier offrir toutes les résistances statiques, mécaniques et au feu requises pour des locaux destinés à accueillir du public. La couverture en ardoises artificielles doit être remplacée, la charpente pouvant être maintenue telle quelle. Les menuiseries extérieures placées dans les encadrements en briques présentent une géométrie particulière. Ces châssis simple vitrage en bois devront être maintenus.
La deuxième construction, dénommée « bâtiment B », par contre présente un grand nombre de problèmes pathologiques typiques des constructions en béton armé de la première moitié du siècle passé : faute de protections, d'isolations thermiques et d'enrobages appropriés, les armatures dans les ouvrages béton oxydent et font éclater ledit béton en de nombreux endroits ; ce phénomène déjà fort avancé s'accélère au fur et à mesure que les éclats de béton se développent ! D'autre part cette construction présente des hauteurs libres sous plafond fort réduites, peu adaptées à une affectation destinée au public et, plus contrariant, ne dispose pas de la résistance au feu requise pour accueillir une affectation publique.
La volumétrie existante du bâti est à maintenir vu la situation exceptionnelle en coeur d'îlot. Le projet propose des interventions les plus douces possibles, adaptées aux caractéristiques des constructions et volumes existants.

Au niveau fonctionnel :
Deux salles d'entraînements sont proposées aux rez-de-chaussée des deux constructions, une grande et une plus petite. Facilement accessibles depuis la cour par l'entrée principale, chacune des deux salles profite d'une large ouverture créée dans le plafond pour obtenir des hauteurs libres adaptées aux activités de cirque telles que la jonglerie, le trapèze, le trampoline, etc.
Pour chacune des salles d'entraînements, un petit local de stockage est aménagé. Ceux-ci sont directement accessibles depuis chacune des salles.
La grande salle d'entraînement est configurée de façon à permettre l'organisation de représentation.
Afin de libérer au maximum les rez-de-chaussée, le local social/détente, les vestiaires et locaux sanitaires sont aménagés au premier étage. Le local de détente est proposé en mezzanine au-dessus de la grande salle de répétition, permettant ainsi de l'utiliser comme local « régie » lors de représentation. Les vestiaires et sanitaires sont implantés au-dessus de la plus petites des deux salles.
Un nouvel escalier permet de relier les deux constructions suivant les prescriptions de sécurité propres aux bâtiments destinés à accueillir du public (coupe-feu aux étages).
Un ascenseur à entraînement hydraulique sans salle de machine destiné aux personnes à mobilité réduite relie les deux premiers niveaux et permet de rendre accessible tous les locaux destinés au public suivant les exigences du Service de la Sécurité dans la Fonction Publique.
L'étage sous toiture reste ouvert, destiné aux besoins logistiques et administratifs internes de l'école.

Au niveau constructif :
L'ancien bâtiment est maintenu au maximum dans son état actuel, une partie du plancher bois sur rez-de-chaussée est démolie pour augmenter la hauteur libre de la salle de répétition et permettre la construction d'une nouvelle cage d'escalier aux normes de sécurité actuelles. Afin de répondre aux prescriptions de sécurité, la nouvelle cage d'escalier est réalisée en béton.
Afin d'améliorer le comportement thermique et de réduire les charges énergétiques de cette construction, les châssis de fenêtres sont soit remplacés soit doublés par des ouvrages à double vitrages. Les châssis existants à maintenir seront simplement remis en état. La couverture est remplacée par des panneaux sandwich avec isolation thermique intégrée. Ceux-ci portent sur les charpentes existantes. Une nouvelle structure bois avec isolation thermique intégrée est posée sur la dalle existante au rez-de-chaussée, améliorant ici aussi le comportement énergétique du bâtiment.
Afin de permettre une très grande flexibilité à l'école du cirque, les éléments structurels de la salle d'entraînement sont renforcés. Cet option permet la suspension de charges ponctuelles allant jusqu'à 1000kg aux rondins de bois existants. Sur ces renforcements, il est possible de fixer des structures secondaires permettant la suspente de trapèzes, foulards et autres éléments propres à l'univers du cirque.
La deuxième construction en béton armé présentant trop de problèmes est par contre destinée à être remplacée sur les fondations existantes par une nouvelle construction similaire, en béton préfabriqué avec des parois extérieures en panneaux sandwich bois préfabriqués également et pourvus d'une bonne isolation thermique, de doubles vitrages et d'un bardage bois brut de sciage contrastant avec l'ancien bâtiment industriel. De même la nouvelle toiture plate et le plancher sur sol sont pourvus d'isolations thermiques suivant les règles de l'art d'aujourd'hui. Le bardage proposé brut de sciage avec une pose verticale légèrement ajourée permet un vieillissement homogène du bois. L'essence retenue est le robinier. Il s'agit d'un bois local dur présentant une grande durabilité. Le bardage est animé par des profilés en zinc afin de garantir la préservation du bois au niveau des abouts.
Dans cette salle, le système constructif permet aussi de fixer des structures secondaires pour la suspente de trapèzes, foulards et autres éléments.

Au niveau technique :
L'installation de chauffage est prévue au gaz via une chaudière à condensation située en cave. Les locaux de « service » sont chauffés au moyen de radiateurs ; tandis que les salles d'entraînement sont chauffées via des aérothermes. Cette option permet d'offrir une grande réactivité pour les salles d'entraînement. De plus, chaque salle est dotée d'un boîtier de commande. Les radiateurs et les aérothermes permettront de garantir la mise hors gel du bâtiment pendant les mois d'hiver.
L'installation électrique est projetée en apparent vu la structure du bâtiment existant et les finitions bruts retenues pour le bâtiment reconstruit.
En ce qui concerne le renouvellement de l'air dans les salles d'entraînements, une option est proposée, à savoir l'installation d'une ventilation décentralisée pour chacune des salles. En effet, l'installation d'un système centralisé est impossible vu la structure du bâtiment existant. De plus, le système décentralisé permet de faire fonctionner une unité indépendamment de l'autre afin d'offrir un coût d'exploitation moindre tout en garantissant un très bon rendement avec récupération de chaleur. Cela permet aussi de répondre au besoin de flexibilité de l'école du cirque car chaque unité aura sa propre commande. Cette proposition est en option dans le budget général du projet. L'autre option étant d'assurer le renouvellement de l'air en ouvrant les fenêtres.

Au niveau des finitions :
Les deux salles de répétition seront équipées d'un parquet sportif répondant aux exigences "salle de sport" de l'école du cirque. Les murs existants seront enduits. Le plafond existant dans le bâtiment A sera réalisé au moyen de double plaque de plâtre, les rondins resteront apparents. Dans le bâtiment B, la structure préfabriquée béton/hourdis reste apparente.
Au rez-de-chaussée, le hall d'entrée et les locaux de stockage présenteront une chape apparente talochée. La cage d'escalier sera en béton fini apparent.
Au premier étage du bâtiment existant, un linoleum sur égaline sera posé sur le sol actuel du local social. Au premier étage du nouveau bâtiment, la finition proposée est une chape apparente. Celle-ci recevra une peinture époxy dans les locaux sanitaires.
Dans les combles, le sol en bois existant sera maintenu, la finition au plafond sera celle des panneaux de toiture et les murs existants seront enduits.
Les travaux de peinture seront à charge de l'asbl Zaltimbanq', ainsi que tous les équipements mobiliers.

Au niveau des abords :
Seul l'aménagement des espaces à proximité des bâtiments est prévu afin de redresser les niveaux pour permettre l'accessibilité aux personnes à mobilité réduite. La zone d'entrée en pavés de rues existantes est maintenue. Les nouvelles parties seront réalisées en dalles brut de trottoir. Sur le pourtour du bâtiment avec bardage bois, une bande de gravier sera mise en oeuvre afin de ne pas endommager le bardage.
L'aménagement du jardin existant étant à charge de Zaltimbanq.

Conclusion
Les volumes et constructions existants sont donc maintenus dans la mesure du possible ; des interventions ponctuelles, mesurées et appropriées au cas par cas permettent d'adapter ces bâtisses aux exigences fonctionnelles, d'accessibilité, de sécurité et thermiques de notre temps, en vue d'une utilisation destinée à un large public.

Anciens collaborateurs: J. Dethloff, A. Gäckle, J.C. Dujardin, C. Martin, C. Chanoine, A. De Smedt, R. Dejonge, T. Burg

Article sur Archiduc.lu